Comment Maigret entre dans une enquête

Tous les lecteurs le savent bien, chacun des romans de la saga maigretienne ne commence pas de la même façon. Il en est qui débutent par un coup de téléphone qui réveille le commissaire qui dormait dans son lit, au côté de sa femme. Il en est d'autres qui s'ouvrent sur un interrogatoire au Quai des Orfèvres. Il en est encore qui débutent par la description d'un paysage, ou d'un décor de gare.
Mais au fait, comment le commissaire débute-t-il une enquête ? Quelle est la raison donnée par l'auteur sur l'arrivée de son héros en scène ? Est-ce que Maigret est toujours sur les lieux du crime de façon officielle et professionnelle ? Faisons donc un tour dans le corpus pour voir les différentes manières qu'a Maigret d'entrer dans une enquête.

 

La situation initiale la plus classique du roman policier est celle-ci: il y a eu crime, un cadavre est découvert, et un policier est officiellement dépêché sur les lieux pour mener l'enquête. En principe, cette manière classique implique que le policier rencontre le cadavre de la victime au début du roman, soit dans le premier chapitre. Dans le corpus des Maigret, on va trouver une série de romans qui fonctionnent de cette manière, mais on se rend compte que cette manière classique n'est pas la plus fréquemment employée par Simenon, et, qu'en outre, l'auteur y introduit des variations.
On trouve la situation classique, soit celle où le policier arrive sur les lieux du crime au début du roman, dans Le charretier de la Providence, Monsieur Gallet décédé, L'ombre chinoise, Les caves du Majestic, Signé Picpus, Maigret et l'homme du banc, Maigret se trompe, Maigret et la jeune morte, Maigret et le corps sans tête, Maigret voyage, Maigret et les témoins récalcitrants, Maigret et le voleur paresseux, Maigret et les braves gens, La patience de Maigret, Maigret et le tueur, Maigret et le marchand de vin, Maigret et l'homme tout seul, Maigret et l'indicateur.
Encore ces romans-là ne correspondent-ils pas toujours aux normes classiques, puisque pour plusieurs d'entre eux, Maigret débarque sur les lieux suite à une circonstance particulière: dans Maigret et la jeune morte et dans Maigret et le voleur paresseux, si le commissaire intervient, c'est parce qu'il a pris un appel téléphonique qui ne lui était pas destiné, dans le premier cas, et dans le second, parce qu'un inspecteur de quartier a fait appel à lui en dépit des règles hiérarchiques; dans Maigret et le tueur, c'est parce qu'il est en visite chez le Dr Pardon qu'il se retrouve sur les lieux du crime.

 

On trouve quelques variations sur le thème de l'enquête officielle dans certains romans.
Ainsi, Pietr le Letton, premier roman de la saga, est déjà en lui-même une illustration de la liberté que prend le romancier par rapport aux canons du genre: si le roman débute bien par la description d'un policier dans l'exercice de ses fonctions, remarquons que la découverte du cadavre est presque fortuite, puisque Maigret était venu à la Gare du Nord pour surveiller l'arrivée de Pietr, et qu'il n'était pas question au départ d'enquêter sur un cadavre. C'est pourtant ce cadavre d'un soi-disant "inconnu" qui va lancer l'enquête.
Dans Cécile est morte, si le cadavre est bien présent au début du roman, c'est cependant Maigret lui-même qui en fait la découverte, par hasard pourrait-on dire, puisque c'est alerté par le ton du message que lui laissé Cécile qu'il se rend au domicile de Juliette Boynet, et qu'il trouve celle-ci étranglée. Il va d'ailleurs très vite se retrouver avec un deuxième cadavre sur les bras, et devoir mener l'enquête sur ce double meurtre…
Dans L'amie de Madame Maigret, si on trouve bien un cadavre (ou du moins un bout de celui-ci, en l'espèce de deux de ses dents…), Maigret se rend sur les lieux plus tard, après que ses inspecteurs aient débuté l'enquête. La victime prend d'ailleurs très peu d'importance dans l'intrigue, car Maigret porte surtout son attention sur le suspect et son entourage, sans compter l'intrigue parallèle de Mme Maigret, qui s'avère finalement faire partie prenante de la même affaire.
Dans Le revolver de Maigret, il faut attendre le deuxième chapitre pour qu'intervienne l'apparition d'un cadavre. Ce qui semblait au début une "banale" histoire de revolver volé se transforme alors en une enquête à propos d'un meurtre. Mais celui-ci tient finalement une place limitée dans le roman, et Maigret s'intéresse surtout aux protagonistes qui gravitent autour de ce meurtre.
Dans Une confidence de Maigret, il s'agit bien d'une enquête menée sur un crime, mais avec ceci de particulier que cette enquête est racontée en flash-back par Maigret à son ami le Dr Pardon, et que ce récit est entremêlé d'actions qui se situent au moment où Maigret entame sa narration.
Dans Maigret et l'affaire Nahour, il faut attendre le deuxième chapitre pour la découverte du crime, et le lien qui unit celui-ci à la mésaventure arrivée au Dr Pardon et que celui-ci raconte à Maigret dans le premier chapitre. Grâce à ce "pseudo-hasard" qui lie les deux affaires, Maigret va pouvoir mener son enquête plus rapidement, ayant déjà en main certains éléments concernant les protagonistes mêlés à l'affaire.
Dans La tête d'un homme, si c'est bien Maigret qui a été chargé officiellement de l'enquête, ce n'est pas par le début de celle-ci que commence le roman, qui s'ouvre sur l'évasion de Heurtin, orchestrée par le policier lui-même. La narration de l'enquête qu'a menée Maigret (et la description du cadavre de la victime) n'intervient qu'ensuite dans le texte, et encore cette première enquête est-elle presque anecdotique, puisque Maigret la reprend d'une autre manière après l'évasion du suspect. On retrouve la même structure dans Maigret aux Assises, où l'enquête que Maigret a menée à propos d'un meurtre est reprise après le jugement de Meurant, et qu'un nouveau développement de l'affaire aura lieu… jusqu'au meurtre suivant.
Dans Maigret et son mort, si le cadavre est bien présent dans le premier chapitre, on notera cependant que Maigret a fait connaissance avec la victime avant la mort de celle-ci, ce qui conduit à une relation particulière du policier avec elle, et engendre un mode d'enquête bien caractéristique de la manière de Maigret, qui cherche à s'identifier avec la victime. On retrouve le même ordre d'idées dans Maigret au Picratt's, où le cadavre d'Arlette n'est découvert qu'au deuxième chapitre, ce qui a donné l'occasion à l'enquêteur de voir la victime du vivant de celle-ci, produisant ainsi un mode d'appréhension différent de l'enquête. Et dans La folle de Maigret, il aura aussi été donné au commissaire l'occasion de rencontrer la victime avant son trépas.
Dans Un échec de Maigret, la découverte du cadavre apparaît au deuxième chapitre, et cette fois la particularité consiste en le fait que la victime a d'abord rencontré Maigret pour lui demander sa protection, que celui-ci lui a accordée avec une certaine réticence, à cause de certains souvenirs d'enfance plutôt désagréables. L'enquête que va mener le commissaire s'intéressera surtout à l'entourage de la victime, et aux liens que celle-ci entretenait avec ceux qui gravitaient autour d'elle. Même type de structure dans La colère de Maigret, où la disparition de la victime est annoncée avant qu'on retrouve son cadavre. Lorsque le commissaire commence son enquête, il a déjà appris plusieurs choses sur la victime, ce qui va lui permettre de concentrer son enquête sur l'entourage de celle-ci. On retrouve le même ordre d'idées dans Maigret et Monsieur Charles, où le commissaire commence son enquête sur la disparition d'une victime, sollicité par la femme de celui-ci, et la découverte du cadavre n'intervient qu'au milieu du roman, alors que Maigret a déjà beaucoup investigué sur la victime.

suite de l'analyse: